De l’importance du feed-back des clients

De l’importance du feed-back des clients

juillet 2019

Tout comme les traductions automatiques, les productions humaines ne s’améliorent que si leur auteur reçoit un feed-back. Chez dhaxley Translations, le retour de nos clients après livraison revêt donc une valeur inestimable.

De ce point de vue, la traduction automatique et la traduction humaine se rejoignent. Lors de la révision d’une traduction automatique par un traducteur humain (un post-éditeur), la réintroduction de la version définitive dans la machine est importante. Le logiciel « s’imprégnera » du feed-back et après un certain temps, la qualité des textes augmentera. Bonne nouvelle : pour l’instant, la traduction est l’un des rares secteurs où les personnes apprennent plus vite que les gadgets technologiques. En effet, corollaire de la complexité et de l’essence typiquement humaine de la langue, notre cerveau surpasse l’ordinateur dans le traitement de nouvelles consignes linguistiques. Notre matière grise y parvient grâce à sa plasticité et sa créativité.

Pour ces raisons, l’avis des clients nous importe énormément. En effet, nous en retirons toujours un bénéfice et les clients en récoltent le fruit lors de travaux futurs. Par conséquent, notre portail client Plunet comporte une fonctionnalité grâce à laquelle fournir un feed-back devient un jeu d’enfant. À l’aide d’un score de 1 à 5 étoiles, les clients peuvent indiquer leur satisfaction. De la sorte, l’opération ne prend que quelques secondes ! Si le client souhaite pourtant approfondir un ou plusieurs points, un champ supplémentaire lui permet d’ajouter des remarques.

Les secrets d’un feed-back réussi

Exprimer son retour relève du domaine de l’art. Porter un jugement positif ou négatif sur un texte ne demande aucun effort. Cependant, cela ne suffit pas. Il s’agit naturellement de ce que le client apprécie ou déteste en particulier. Plus le feed-back est concret, plus le traducteur en tiendra compte avec précision.

La terminologie doit beaucoup aux retours des clients. Si notre traducteur traduit toujours le mot bill par « addition », alors que le client parle de « facture » dans son entreprise, traiter cette information dans nos outils de TAO est d’une facilité déconcertante. Dès lors, la machine rappellera à nos traducteurs et réviseurs que bill doit se traduire par « facture ». Nous invitons donc chaleureusement tous nos chers clients à s’épargner la peine d’effectuer la correction eux-mêmes. Nous l’incluons dans nos tarifs !

La question du style se révèle souvent plus épineuse. Naturellement, la subjectivité régnera toujours dans ce domaine. Ce que l’un trouve magnifiquement formulé apparaît à l’autre désespérément vieillot ou un brin trop désinvolte. Dans de tels cas, la tentation devient grande de dire tout simplement : « Ça ne me plaît pas. » Si le client met concrètement le doigt sur ce qui le gêne dans la traduction, les résultats s’améliorent nettement. De trop longues phrases rendent-elles la lecture fatigante ? La traduction pèche-t-elle par son formalisme ? Ou sa littéralité ? Certains mots, termes ou expressions conviennent-ils ?

Voici la consigne générale de dhaxley : tenter de coller au style du texte source. Ainsi, un texte source aride et solennel deviendra une traduction dotée de ces caractéristiques. Par contre, nous transposerons un document créatif avec fluidité. Toutefois, si le client nous communique une autre instruction concrète à la commande, le traducteur et le réviseur mettront un point d’honneur à s’y conformer. Comme les idées sur l’écriture connaissent des variations interpersonnelles (voir plus haut), quelques projets ne suffisent pas toujours à les harmoniser à cent pour cent. Nous sommes pourtant convaincus qu’une communication efficace et nos efforts nous permettront de combler rapidement les attentes.